Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les courriers officiels

Nous vous demandons l’abandon de ce funeste projet

Suppression des autotrains -

Par / 16 avril 2019

Monsieur Guillaume Pepy
Président du directoire de la SNCF

Monsieur le Président,

Nous avons appris par voie de presse le projet de l’entreprise publique SNCF de mettre un terme à l’offre de service Autotrain à compter du 14 décembre 2019.
Selon « Le Parisien », cet abandon serait justifié dans un document interne par le manque de rentabilité de cette activité et le faible taux de remplissage de ces trains.

Depuis plusieurs années, en effet, le service a été progressivement réduit. En 30 ans, le service a perdu 80% de trafic et son modèle a largement évolué avec la disparition des Trains autocouchette (TAC) qui permettait aux clients de voyager dans le même train que leur voiture, répondant ainsi très spécifiquement aux besoins de ces usagers.

Il y a deux ans, sur les treize gares encore desservies par Autotrain, six seulement ont été conservées : une cure d’amaigrissement qui a fait passer le nombre de voitures transportées de 62 000 en 2016 à 33 500 en 2018.
Aujourd’hui, c’est sur ce faible chiffre que s’appuie la volonté de l’entreprise publique de supprimer cette offre.

La logique est donc toujours bien la même, on asphyxie à petit feu le service public le rendant inopérant et marginal pour ensuite l’abandonner au motif de sa dégradation et de son inadéquation avec la demande, une logique purement financière et comptable, bien loin du caractère spécifique d’une entreprise de service public.

Certes, le déficit de cette activité représente l’équivalent de son chiffre d’affaires, soit 6 millions d’euros (M€), avec un taux de remplissage de seulement 68% des trains ; pour autant, les enjeux de transition écologique, a fortiori dans le cadre de l’examen de la loi LOM, qui doit doter le système ferroviaire d’un nouveau droit aux mobilités, plus moderne et en adéquation avec les défis climatiques et sanitaires de notre temps, exige le maintien de cette activité utile.

D’autant que, comme offre de substitution, l’entreprise publique SNCF promeut le transport des voitures par camion ou leur acheminement par la route avec un chauffeur. Comment comprendre une telle démarche anti-écologique, puisqu’elle remplace une offre de transport ferré par une offre de transport par la route, déclinaison de mobilité bien plus émettrice en matière de gaz à effet de serre.

Les associations des usagers des transports, à juste titre, s’indignent de cette possibilité, qui se place en continuité avec la politique menée aujourd’hui par l’entreprise publique, de se placer comme un opérateur comme les autres, plus soucieux de la rentabilité que du bien commun et de la réponse aux besoins de nos concitoyens.

Une telle logique a conduit à l’abandon de la plupart des trains intercités, des trains de nuit, du fret ferroviaire… autant de leviers pourtant utiles pour le rééquilibrage modal et donc la transition écologique. L’outil ferroviaire et son industrie sont, dans notre pays, depuis des décennies continuellement démantelés, sacrifiés sur l’autel du tout marchand et de la libéralisation des transports organisée au niveau des instances européennes.

Par cette lettre, je vous sollicite donc, au nom des sénatrices et des sénateurs du groupe communiste, républicain, citoyen et écologiste (CRCE), pour l’abandon de ce funeste projet et pour vous présenter, bien au contraire, tout l’intérêt du maintien de ce service, voire même sa reprise, dans une stratégie globale de reconquête du rail sur la route pour en finir avec les stratégies de dumping social, économique et écologique.

Dans l’attente d’une issue que j’espère favorable, je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l’expression de mes salutations distinguées.

Les dernieres interventions

Les courriers officiels Ces assurances représentent des gros groupes financiers qui peuvent et doivent contribuer

Revendications des professionnels de l’hôtellerie et de la restauration - Par / 1er avril 2020

Les courriers officiels Une mise en liberté nécessaire

Situation de Khaled Drareni, journaliste indépendant incarcéré en Algérie - Par / 26 mars 2020

Les courriers officiels Une véritable dégradation du service public rendu aux usagers

Suppression des tournées de courriers dans le Val-de-Marne - Par / 27 février 2020

Les courriers officiels Quel contrôle des sites Seveso dans le Nord ?

Courrier au Préfet de la Région Hauts de France - Par / 1er octobre 2019

Les courriers officiels Courrier à Gérald Darmanin sur la restructuration des finances publiques

S’ouvre une période de grande incertitude et d’inquiétude - Par / 23 septembre 2019

Les courriers officiels Situation de M. Vincenzo Vecchi

Un respect des droits fondamentaux nécessaire - Par / 10 septembre 2019

Les courriers officiels Un nouveau cadeau d’Emmanuel Macron à ses amis

Nomination de Dominique Boutonnat à la tête du CNC - Par / 25 juillet 2019

Les courriers officiels Les autorités marocaines lui refusent le droit de rendre visite à son mari emprisonné

Expulsion de Mme Claude Mangin-Asfari-Courrier au Ministre des Affaires Etrangères - Par / 12 juillet 2019

Les courriers officiels Avec le bénéfice du CICE, ces licenciements sont intolérables

Inquiétudes pour l’avenir des salariés du groupe coopératif In Vivo - Par / 11 juillet 2019

Administration