Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

Pour le maintien d’une cérémonie qui fait référence dans l’agenda mémoriel de la région parisienne

Cérémonie du souvenir du camp d’Aincourt -

Par / 19 septembre 2017

Question écrite n° 01307

M. Pierre Laurent attire l’attention de Mme la secrétaire d’État, auprès de la ministre des armées sur la cérémonie du souvenir du camp d’Aincourt.

De 1940 à 1942, ce sont 1600 personnes qui furent enfermées par le régime de Vichy dans ce camp : des militants communistes et syndicalistes, mais aussi des élus et des femmes juives. 175 d’entre eux firent également partis du convoi des « 45 000 » pour Auschwitz-Birkenau.

Le 9 avril 1994 est inaugurée au sein de l’hôpital une stèle en présence de nombreuses personnalités. Cette inauguration est organisée par le centre hospitalier d’Aincourt, l’association nationale des ami(e)s de la résistance (ANACR) ainsi que la fédération nationale déportés et internes résistants et patriotes (FNDIRP) des Yvelines et du Val d’Oise. Deux panneaux sont exposés dans l’hôpital en relation avec cette période historique. Cette dernière est également évoquée sur la page internet de l’hôpital d’Aincourt. Depuis 23 ans les différentes directions de l’hôpital ont apporté une aide tant financière que technique à une commémoration annuelle. Cette aide a permis de faire de cette commémoration, une cérémonie qui fait référence dans l’agenda mémoriel de la région parisienne.

Or ce partenariat vient d’être mis en cause en juillet dernier par la direction du groupement hospitalier du Vexin qui ne souhaite plus à terme engager de coûts financiers, directs et indirects dans l’organisation de la commémoration et demande que le logo de l’établissement n’apparaisse plus sur l’invitation. L’éventualité d’un déplacement de la stèle du souvenir en dehors du site hospitalier à des fins foncières a également été évoquée.

Ces prises de position de la direction du groupement hospitalier du Vexin suscitent une grande émotion parmi de nombreux acteurs associatifs, de citoyens et d’élus, car elles risquent à terme de provoquer la disparition de cette cérémonie. Ils demandent que des solutions d’urgence soient trouvées pour que les prochaines cérémonies se déroulent de manière convenable. Ils demandent également que l’ancien sanatorium d’Aincourt, transformé en camp d’internement de 1940 à 1942, soit pérennisé en tant que lieu de mémoire et qu’à cette fin il soit répertorié au titre du patrimoine mémoriel en vue d’offrir à ce site une véritable protection juridique en tant que « lieu de mémoire ».

Il lui demande quelles mesures elle compte prendre en vue de répondre à ces demandes.

Les dernieres interventions

Les questions écrites Une rupture historique contraire à l’intérêt général

Absence de portefeuille ministériel de l’Industrie - Par / 12 octobre 2017

Les questions écrites Un projet en contradiction avec les objectifs officiels concernant le logement étudiant

Suppression de logements étudiants de l’École normale supérieure - Par / 11 septembre 2017

Les questions écrites Situation du centre hospitalier William Morey de Chalon-sur-Saône

Un état des choses préjudiciable et dangereux pour les populations - Par / 27 juillet 2017

Les questions écrites C’est un enjeu d’intérêt général insuffisament pris en compte

Accessibilité des logements en milieu rural aux personnes handicapées - Par / 20 juillet 2017

Les questions écrites Des anomalies liées à ce logiciel concerneraient de nombreux collèges

Difficultés du logiciel d’orientation des élèves de troisième - Par / 13 juillet 2017

Les questions écrites Festival Saint-Maur en Poche : la gratuité en danger ?

Question écrite à la Ministre de la Culture - Par / 11 juillet 2017

Les questions écrites Santé des personnes LGBT+

Question écrite à la Ministre de la Santé et des Solidarités - Par / 4 juillet 2017

Administration