Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Tribunes libres

Parues dans la presse ou dans le journal du groupe, retrouvez ici les tribunes libres signées par les membres du groupe CRC.

Lire la suite

Un risque majeur pour l’industrie française

Fusion Alstom-Siemens -

Par / 23 mars 2018

Tribune parue dans le n°108 d’Initiatives, mars 2018.

Présentée comme un « mariage entre égaux », la fusion entre l’Allemand Siemens et le Français Alstom ressemble plutôt, une fois encore, à une absorption voire à une donation. Dans tous les cas, nous assistons à la perte d’un fleuron industriel français. Certes, les éléments de langage pour justifier cet abandon sont légion : on nous présente un « Airbus du rail/du ferroviaire » ; on insiste sur la nécessité de se prémunir de la concurrence internationale face notamment au chinois CRRC, largement subventionné par l’État chinois ; et enfin on nous garantit la cotation en bourse française pour dix ans au minimum, la sauvegarde des emplois pour quatre ans, la présidence de la nouvelle entité à Henri Poupart-Lafarge (PDG d’Alstom), etc. Bref, il n’y aurait pas de quoi s’inquiéter.

C’est oublier un peu trop rapidement les exemples de ces dernières années : Airbus Safran, Nexter et Kraus Maffei, Technip et le Texan FMC. Toutes ces fusions-absorptions ont finalement abouti, soit à une perte d’emploi, soit à des fermetures de sites, soit à un pillage industriel. Prenons un exemple d’une actualité criante : la branche électricité d’Alstom, vendue à l’américain General Electric en 2014, dont 345 emplois sur 800 sont aujourd’hui menacés. GE s’était pourtant engagé à créer mille emplois. On aura oublié de lire les petites lignes du contrat, sans doute. Autant de catastrophes du point de vue non seulement de l’emploi, mais également de la perte de savoir-faire. Et c’est oublier également qu’au sein d’Airbus, véritable projet de coopération, les États allemand et français ont conservé des parts, contrairement à la fusion Alstom-Siemens, dans le cadre de laquelle l’État français n’a pas racheté les parts sur lesquelles elle détenait jusqu’en octobre 2017 une option auprès de Bouygues. Plusieurs justifications à cette désertion : Bruno Le Maire a invoqué une volonté de ne pas spéculer avec l’argent des contribuables français et il s’agissait, nous dit-on, d’une condition de réalisation de la fusion pour Siemens.

Lors de nombreuses auditions et même lors d’un déplacement à Munich, dans le cadre de la mission d’information sur « Alstom et l’avenir de la filière industrielle française » mise en place au Sénat, nous n’avons pas réussi à répondre à une question : à quoi va ressembler le nouveau groupe ferroviaire, si la fusion est menée à bien ? À ce stade, personne chez Alstom n’est capable de le dire. C’est le flou qui règne ; en dehors du montage capitalistique, aucune information précise n’est donnée sur le ou les projets industriels. Par exemple, le groupe choisira-t-il de privilégier le TGV ou l’ICE ? Au bout de 4 ans, les « synergies » évoquées, soit près de 380 millions d’euros, seront-elles des suppressions de sites ou des pertes d’emplois ? Enfin, dans le cas de doublons au niveau des sites, lesquels seront privilégiés ? Sur cette question, nous avons déjà malheureusement pu observer quelques signes. Ainsi, l’activité de signalisation, où les taux de marges atteignent parfois plus de 20 %, sera basée à Berlin.

Ce n’est donc pas autour d’un véritable projet que ce rapprochement a lieu, mais bien autour d’intérêts financiers. Si la concurrence internationale peut, en effet, représenter un risque à plus ou moins court terme, pour autant, d’autres candidats que Siemens auraient pu être envisagés, comme par exemple Bombardier. Pourquoi Siemens ? Une autre question sans réponse satisfaisante. Nous refusons cet abandon d’Alstom ainsi que la perte d’emplois, de brevets et de savoir-faire qui l’accompagneront nécessairement. Non seulement parce que les emplois sont menacés sur le territoire du fait de cette fusion, mais également parce que cette industrie d’avenir est cruciale et le sera plus encore dans les décennies à venir, à l’heure de la mobilité et du développement des transports, et à l’heure où les transports mutualisés, en commun, permettent de limiter l’impact sur le réchauffement climatique. L’innovation technologique est essentielle aujourd’hui, et Alstom est au cœur de tous ces enjeux. Soutenez cette volonté de préserver Alstom en signant la pétition « Alstom ne doit pas être bradé ».

Les dernieres tribunes

Tribunes libres Drôle de carnaval !

A Dunkerque "la cavalerie est arrivée avec 3 semaines de retard" - Par / 5 mars 2021

Tribunes libres Capitalisme inclusif ?

Ce capitalisme-là, ça ne s’adapte pas, ça se dépasse. Question d’humanité. - Par / 26 février 2021

Tribunes libres Au théâtre ce soir

Le Pen - Darmanin, partenaires lors d’une conversation sur le service public - Par / 19 février 2021

Tribunes libres Conseil d’ami

L’influence du cabinet américain McKinsey au sommet de l’État - Par / 12 février 2021

Tribunes libres Mauvaise blague Carambar

L’exemple parfait du capitalisme financiarisé - Par / 5 février 2021

Tribunes libres Big Mac !

4,6 milliards de dollars distribués aux actionnaires - Par / 29 janvier 2021

Tribunes libres Une année dingue

Dernier coup d’œil dans le rétroviseur en ce début d’année - Par / 22 janvier 2021

Tribunes libres Changez de vie, devenez milliardaire !

Comment dépenser son argent quand on en a énormément - Par / 15 janvier 2021

Tribunes libres Signez la pétition !  

Allocation aux adultes handicapés - Par / 14 janvier 2021

Tribunes libres Divorce à l’anglaise…

L’Union européenne se remet-elle en question ? - Par / 8 janvier 2021

Tribunes libres 5 fois 20 ans…

Il était une fois, à Tours... Bon anniversaire les ami.e.s - Par / 24 décembre 2020

Tribunes libres Le pari

Qui va payer la dette française ? Les jeux sont faits... - Par / 18 décembre 2020

Tribunes libres Oncle Picsou

Disney, un cas d’école en ingénierie de la fraude fiscale - Par / 11 décembre 2020

Tribunes libres Le grain de sable…

Un seul amendement enraye la mécanique budgétaire - Par / 4 décembre 2020

Tribunes libres Vendredi noir

Une espèce de braderie géante mais sans les moules ni les frites ! - Par / 27 novembre 2020

Tribunes libres Sénat intra-muros

Une vision des finances côté gauche de l’hémicycle - Par / 20 novembre 2020

Tribunes libres Technocratie… démocratie ?

Une langue et une terre inconnues, un autre monde... - Par / 13 novembre 2020

Tribunes libres « Cent mille dollars au soleil »

Malte, petit pays européen, grand paradis fiscal - Par / 6 novembre 2020

Tribunes libres Critique de la non-vie

Pour un vaccin, faire le choix de la coopération plutôt que la compétition internationale - Par / 30 octobre 2020

Tribunes libres Marianne décapitée, au nom de qui ?

A ta mémoire, Samuel Paty, merci d’avoir accompli ta belle mission pour la République ! - Par / 23 octobre 2020

Tribunes libres Une journée, une réalité…

"En même temps", les riches ont misé sur le bon cheval - Par / 16 octobre 2020

Tribunes libres Jeux dangereux… jeux interdits !

Nous nous éloignons sans cesse de la République « Une et indivisible » - Par / 9 octobre 2020

Tribunes libres Face à la politique libérale d’Emmanuel Macron, une autre voie est possible

Déclaration politique du groupe Communiste Républicain Citoyen et Ecologiste - Par / 6 octobre 2020

Tribunes libres Les autoroutes du bonheur…

Pas de renationalisation, mais 40 milliards de dividendes d’ici 2031 ! - Par / 2 octobre 2020

Administration