[(IMG/auton2921.jpg|non) Pourquoi l'Etat se désengage des aides pour le bio ? - Aides en faveur de l'agriculture biologique - Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

Pourquoi l’Etat se désengage des aides pour le bio ?

Aides en faveur de l’agriculture biologique -

Par / 7 décembre 2018

Question n° 08213 adressée à M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation
À publier le : 20/12/2018

Mme Christine Prunaud attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation sur les aides en faveur de l’agriculture biologique.

Le soutien aux agriculteurs bio se décline en deux points, avec une aide à la conversion et une aide au maintien. La première accompagne la période de transition de trois ans pendant laquelle l’exploitant voit ses rendements chuter. La seconde prend le relais, après la certification, pour consolider le nouveau modèle économique de la ferme.

Or, le Gouvernement a annoncé son souhait de désengager l’État totalement des aides au maintien et partiellement pour celles à la conversion. Cette décision inquiète légitimement les agriculteurs souhaitant s’engager dans la voie d’une agriculture plus respectueuse de l’environnement. Déjà confrontés à une situation sociale et économique délicate, ces agriculteurs ont vu l’accès à ces aides complexifié par l’organisation de la nouvelle politique agricole commune (PAC). En effet, depuis 2015, ces aides sont gérées conjointement par l’État et les régions, compliquant d’autant les démarches pour les obtenir.

Ainsi,plusieurs organisations syndicales agricoles proposent le transfert de 3 % du budget du premier pilier de la PAC vers le second, soit un montant annuel de 230 millions d’euros, exclusivement destiné à l’agriculture biologique. Sans aides spécifiques, l’agriculture biologique sera confrontée à la logique des marchés. À l’image de l’agriculture conventionnelle, les conséquences sont déjà connues, avec la mainmise de la grande distribution sur l’offre et la demande et des prix insuffisamment rémunérateurs pour les agriculteurs.

C’est pourquoi, en lui rappelant la responsabilité régalienne d’accompagner la nécessaire transition écologique, elle lui demande des précisions sur son intention et les mesures envisagées relatives au maintien et au développement de l’agriculture biologique, afin d’atteindre l’objectif de 20 % de surfaces agricoles utiles bio en 2022.

Les dernieres interventions

Les questions écrites La transphobie médicale est une maltraitance grave !

sensibiliser les personnels de santé pour une meilleure prise en charge des personnes trans - Par / 19 février 2019

Les questions écrites Bilan des classes passerelles

Question écrite à la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche - Par / 14 février 2019

Les questions écrites Si, le chlordécone est bien cancérigène !

Contaminations en outre-mer - Par / 13 février 2019

Les questions écrites Stop à la transphobie en prison

Conditions de détention des personnes trans - Par / 7 février 2019

Les questions écrites Un passage en force inacceptable

Non-respect de la concertation sur le projet CDG Express - Par / 31 janvier 2019

Les questions écrites L’État doit prendre ses responsabilités

Projet de restructuration de l’agence France presse - Par / 31 janvier 2019

Les questions écrites Notre pays est le seul à être doté de ces armes

Interdiction des lanceurs de balle de défense dans le cadre du maintien de l’ordre - Par / 24 janvier 2019

Les questions écrites Pour le respect du vote du Parlement

Nocivité de l’additif alimentaire E 171 - Par / 17 janvier 2019

Les questions écrites Une grande cause du quinquennat ?

Moyens consacrés à la lutte contre les violences faites aux femmes - Par / 17 janvier 2019

Administration