Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

La transphobie médicale est une maltraitance grave !

sensibiliser les personnels de santé pour une meilleure prise en charge des personnes trans -

Par / 19 février 2019

Mme Laurence Cohen attire l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé à propos des discriminations auxquelles sont confrontées les personnes trans dans l’accès aux soins.

En effet, de nombreuses personnes trans souffrent, au sein des services médicaux, de réflexions humiliantes, de questions déplacées, etc. Elles sont confrontées à des refus de prise de rendez-vous, à de mauvais suivis médicaux : rendez-vous non honorés ou impossibilité d’obtenir certains soins, par exemple. Ces discriminations concernent tous types de praticiens : gynécologues, endocrinologues, dentistes, dermatologistes, généralistes, etc.

En 2007, l’institut national de veille sanitaire (INVS) affirme dans une enquête sur la santé des trans que 49 % des personnes trans ont été victimes de transphobie dans le cadre de soins. En 2011, selon l’étude santé trans menée par l’association Chrysalide, 63 % des personnes trans interrogées auraient renoncé à des soins suite à des discriminations ou par peur de préjugés. En janvier 2018, à Bordeaux, un colloque portant sur la santé des personnes LGBTQI révélait que 72 % des personnes trans se sentent mal à l’aise dans leur parcours de soins.

L’article 225-1 du code pénal qualifie de discriminatoire toute distinction opérée entre les personnes physiques notamment à raison de leur orientation ou identité de genre. L’article L. 1110-3 du code de la santé publique interdit toute discrimination fondée sur l’orientation sexuelle ou l’identité de genre dans l’accès à la prévention ou aux soins. Les principes de Yogyakarta, adoptés en 2007, affirment que les États doivent garantir à toutes les personnes le pouvoir de prendre leurs propres décisions concernant les soins médicaux dont elles peuvent bénéficier. En 2015, la résolution 2048 de l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe dénonce les discriminations et abus juridiques et médicaux dont sont victimes les personnes trans.

La transphobie médicale est une maltraitance grave, amenant à l’absence de médication ou à l’auto-médication dont les conséquences peuvent être lourdes.

Ainsi, elle lui demande quelles actions concrètes elle compte entreprendre afin de sensibiliser les personnels de santé pour une meilleure écoute et une meilleure prise en charge des personnes trans dans leur accès aux soins.

Les dernieres interventions

Les questions écrites "Un mari violent ne peut pas être un bon père"

résidence alternée en cas de violences conjugales - Par / 17 septembre 2019

Les questions écrites Une nécessité de maintenir les moyens

Situation du réseau des chambres d’agriculture - Par / 12 septembre 2019

Les questions écrites Il faut protéger les défenseurs des droits

La France doit adopter un plan d’actions national - Par / 25 juillet 2019

Les questions écrites Des conséquences désastreuses pour les Parisiens

Fermeture des agences de la caisse primaire d’assurance maladie à Paris - Par / 5 juillet 2019

Les questions écrites Ne pas remettre en cause les missions de ces établissements

Missions des établissements et services d’aide par le travail - Par / 4 juillet 2019

Les questions écrites La loi est peu ou pas appliquée !

Formation des professionnels sur les violences faites aux femmes - Par / 27 juin 2019

Les questions écrites Il faut garantir l’accueil, l’accompagnement et la mise à l’abri de ces femmes

Femmes Etrangères et demandeuses d’asile victimes de violences - Par / 27 juin 2019

Les questions écrites Ce décret franchit un pas extrêmement grave

Retrait du décret fichant les personnes en soins psychiatriques sans consentement - Par / 17 juin 2019

Administration