Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

Sous-traitance à outrance dans nos centrales nucléaires

Il faut exiger un statut pour ces travailleurs ! -

Par / 21 septembre 2019

Mme Laurence Cohen attire l’attention de Mme la ministre du travail sur la nécessité d’un statut pour les travailleurs sous-traitants des centrales nucléaires, sur les inégalités dont ils font l’objet et sur les dangers auxquels ils sont exposés.

Pour réduire les coûts, EDF (Électricité de France) a recours à de nombreux sous-traitants : on en recense environ 160 000 dans les centrales nucléaires françaises, qui effectuent 80 % des activités de maintenance, notamment le nettoyage des générateurs de vapeur, la radioprotection, le montage d’échafaudages, le magasinage, la blanchisserie, etc.

Officiellement, seuls deux niveaux de sous-traitance sont autorisés. Mais, en faisant appel à des « groupements momentanés d’entreprises solidaires », considérés comme un seul niveau de sous-traitance alors qu’ils en contiennent souvent au moins trois, il est possible de contourner la loi.

Ces sous-traitants sont sous-payés pour des tâches souvent dangereuses, effectuées dans de mauvaises conditions, par exemple, lors du nettoyage des générateurs de vapeur, où ils ne peuvent rester plus d’une minute et demie car la radioactivité est trop forte. En 2015, certains salariés de Comurhex (filiale d’Areva à l’époque) ont dû travailler à plus de 70°C à proximité des fours alors qu’il est interdit de travailler au-dessus de 50°C.

Le recours abusif à la sous-traitance a des conséquences désastreuses et peut engendrer des accidents. Par exemple, dans la centrale de Papuel, en Normandie, lors du changement du générateur de vapeur usagé, le groupement d’entreprise a employé 70 sous-traitants, causant des dysfonctionnements, une certaine désorganisation et la chute d’un générateur de 450 tonnes.

Tous les syndicats, CGT (Confédération générale du travail), CFE-CGC (Confédération française de l’encadrement - Confédération générale des cadres), FO (Force ouvrière) et CFDT (Confédération française démocratique du travail) dénoncent cela.

En 2018, les députés ont mené une enquête sur ce sujet et se sont prononcés en faveur d’un statut pour ces sous-traitants mais rien n’a changé.

Mercredi 18 septembre 2019, ces salariés se sont déclarés en grève pour dénoncer leurs conditions de travail et réclamer un statut.

Ainsi, elle lui demande quelles mesures elle compte prendre pour assurer à ces sous-traitants plus de reconnaissance, pour leur accorder un statut unique et pour contrôler que la recherche de toujours plus de marges financières ne soit faite au détriment des êtres humains et de la sécurité.

Les dernieres interventions

Les questions écrites Ce financement est indispensable !

Financement du Laboratoire Français du Fractionnement et des biotechnologies - Par / 1er avril 2020

Les questions écrites Handicap et inégalités

Manque d’application de la Loi de 2005 - Par / 1er avril 2020

Les questions écrites Fichage de la population ?!

Logiciel GendNotes et surveillance politique - Par / 11 mars 2020

Les questions écrites Violences sexistes au travail

La ratification de la convention 190 de l’OIT ne peut plus attendre - Par / 10 mars 2020

Les questions écrites La culture française est infectée par le coronavirus !

Impact du COVID-19 sur le statut des intermittent·es - Par / 10 mars 2020

Les questions écrites Conditions de détention des mineurs non accompagnés

Stigmatisation, manque de personnels et manque de moyens - Par / 4 mars 2020

Les questions écrites Nouveau règlement liberticide à l’université ?!

Attaque contre la liberté de se réunir - Par / 26 février 2020

Les questions écrites Précarité à l’hôpital

Multiples recours aux CDD dans les hôpitaux publics - Par / 25 février 2020

Les questions écrites Endives contaminées aux OGM ?!

Variétés rendues tolérantes aux herbicides - Par / 19 février 2020

Les questions écrites Mains arrachées ou maintien de l’ordre ?

Dangerosité des grenades GM2L - Par / 19 février 2020

Les questions écrites Expérimentation des maisons de naissance

Quel bilan depuis 2013 ? - Par / 10 février 2020

Les questions écrites Les grévistes ne sont pas toujours comptabilisés !

Méthode officielle de comptage des professeurs grévistes - Par / 21 janvier 2020

Les questions écrites Il en va de la sécurité des patients

Déclaration des Evénements Indésirables graves (EIG) dans les établissements de santé - Par / 20 décembre 2019

Les questions écrites Faire cesser d’éventuels agissements illégaux

Fichages religieux dans des établissements privés sous contrat d’association avec l’État - Par / 25 novembre 2019


Bio Express

Laurence Cohen

Sénatrice du Val-de-Marne
Membre de la commission des Affaires sociales
Elue le 25 novembre 2011
En savoir plus
Administration