Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

Sous-traitance à outrance dans nos centrales nucléaires

Il faut exiger un statut pour ces travailleurs ! -

Par / 21 septembre 2019

Mme Laurence Cohen attire l’attention de Mme la ministre du travail sur la nécessité d’un statut pour les travailleurs sous-traitants des centrales nucléaires, sur les inégalités dont ils font l’objet et sur les dangers auxquels ils sont exposés.

Pour réduire les coûts, EDF (Électricité de France) a recours à de nombreux sous-traitants : on en recense environ 160 000 dans les centrales nucléaires françaises, qui effectuent 80 % des activités de maintenance, notamment le nettoyage des générateurs de vapeur, la radioprotection, le montage d’échafaudages, le magasinage, la blanchisserie, etc.

Officiellement, seuls deux niveaux de sous-traitance sont autorisés. Mais, en faisant appel à des « groupements momentanés d’entreprises solidaires », considérés comme un seul niveau de sous-traitance alors qu’ils en contiennent souvent au moins trois, il est possible de contourner la loi.

Ces sous-traitants sont sous-payés pour des tâches souvent dangereuses, effectuées dans de mauvaises conditions, par exemple, lors du nettoyage des générateurs de vapeur, où ils ne peuvent rester plus d’une minute et demie car la radioactivité est trop forte. En 2015, certains salariés de Comurhex (filiale d’Areva à l’époque) ont dû travailler à plus de 70°C à proximité des fours alors qu’il est interdit de travailler au-dessus de 50°C.

Le recours abusif à la sous-traitance a des conséquences désastreuses et peut engendrer des accidents. Par exemple, dans la centrale de Papuel, en Normandie, lors du changement du générateur de vapeur usagé, le groupement d’entreprise a employé 70 sous-traitants, causant des dysfonctionnements, une certaine désorganisation et la chute d’un générateur de 450 tonnes.

Tous les syndicats, CGT (Confédération générale du travail), CFE-CGC (Confédération française de l’encadrement - Confédération générale des cadres), FO (Force ouvrière) et CFDT (Confédération française démocratique du travail) dénoncent cela.

En 2018, les députés ont mené une enquête sur ce sujet et se sont prononcés en faveur d’un statut pour ces sous-traitants mais rien n’a changé.

Mercredi 18 septembre 2019, ces salariés se sont déclarés en grève pour dénoncer leurs conditions de travail et réclamer un statut.

Ainsi, elle lui demande quelles mesures elle compte prendre pour assurer à ces sous-traitants plus de reconnaissance, pour leur accorder un statut unique et pour contrôler que la recherche de toujours plus de marges financières ne soit faite au détriment des êtres humains et de la sécurité.

Les dernieres interventions

Les questions écrites Pour une psychiatrie de secteur !

Anticonstitutionnalité des mesures d’isolement et de contention - Par / 30 juin 2020

Les questions écrites Remédier à une situation préoccupante

Perte de revenus d’une grande partie des interprètes et des traducteurs - Par / 25 juin 2020

Les questions écrites Lutte contre le système prostitutionnel

Rapport d’évaluation de la loi du 13 avril 2016 - Par / 24 juin 2020

Les questions écrites Primes covid-19

Inégalités et manque de transparence - Par / 22 juin 2020

Les questions écrites L’Etat doit compenser les pertes de recettes !

Situation financière d’Ile-de-France Mobilités - Par / 17 juin 2020

Les questions écrites Généralisation du taser ?

Dangerosité du pistolet à impulsion électrique - Par / 11 juin 2020

Les questions écrites Plan de soutien à la filière automobile

Question écrite au Ministre de l’économie et des finances - Par / 10 juin 2020

Les questions écrites Soutien de l’État aux associations caritatives

Question écrite au ministre des solidarités et de la santé - Par / 4 juin 2020

Les questions écrites Avenir du groupe Renault et de ses salariés

Question écrite au Ministre de l’économie et des finances - Par / 2 juin 2020

Les questions écrites Cet accord ressemble à s’y méprendre aux accords dits « Mercosur »

Accord de libre échange entre l’Union européenne et le Mexique - Par / 18 mai 2020


Bio Express

Laurence Cohen

Sénatrice du Val-de-Marne
Membre de la commission des Affaires sociales
Elue le 25 novembre 2011
En savoir plus
Administration