Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

Un contre-projet crédible, une concertation nécessaire

Prise en charge cardiologique en Saône-et-Loire -

Par / 4 mai 2018

Question écrite n° 04885

M. Pierre Laurent attire l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur l’offre de soins en matière de cardiologie de proximité et interventionnelle en Saône-et-Loire.

En 2016, l’agence régionale de santé jugeait nécessaire la mise en place de nouveaux équipements, avec l’ouverture d’une unité de coronarographie et d’angioplastie pour le service de cardiologie du centre hospitalier de Chalon-sur-Saône. Ces équipements sont importants pour l’ensemble des cardiaques et en particulier pour traiter au plus vite les patients victimes d’un infarctus. Or, le 20 juin 2017, l’agence régionale de santé (ARS) est revenue sur sa recommandation de l’année précédente. Elle a considéré que l’installation de tels équipements n’était plus à l’ordre du jour.

Pourtant le nord de la Saône-et-Loire compte près de 350 000 habitants, qui ne bénéficient pas aujourd’hui des équipements adéquats et qui sont menacés demain d’une dégradation considérable de la prise en charge cardiologique. Dans ses propositions du 5 mars 2018, l’ARS persiste dans sa logique exprimée en 2017.

Face à cet état de fait, le centre hospitalier de Chalon-sur-Saône a élaboré le 6 avril 2018 un projet visant à garantir des soins de qualité au sein de tous les territoires concernés avec un maintien d’une cardiologie de proximité. Ce projet a, en résumé, pour objet de mettre en œuvre un projet médical commun respectueux de tous organisant les stratégies médicales des établissements et des acteurs concernés, de faire intervenir des personnels médicaux et non médicaux sur plusieurs sites et enfin de partager une démarche qualité sur la prise en charge cardiovasculaire dans l’ensemble des établissements au bénéfice de la population.

Cette proposition a été refusée officiellement par le centre hospitalier universitaire (CHU) de Dijon. Le 16 avril 2018, une demande urgente de médiation a été faite au médiateur national auprès du ministère de la santé.

Il serait dans l’intérêt général qu’une concertation avec tous les acteurs concernés s’installe à partir des propositions précises contenues dans le projet du 6 avril 2018. Il lui demande ce qu’elle compte faire en ce sens.

Les dernieres interventions

Les questions écrites Cette fermeture prive les 4/5 de la population du département d’un lieu de proximité.

Fermeture du lieu d’accueil des victimes de violences de Lorient - Par / 12 septembre 2018

Les questions écrites Mettre fin à une discrimination

Situation des assistants socio-éducatifs hospitaliers - Par / 12 septembre 2018

Les questions écrites Sanofi privilégie ses profits....

Arrêt de la commercialisation du vaccin anti-rougeole - Par / 13 juillet 2018

Les questions écrites Le médecin urgentiste sera seul pour gérer à la fois la permanence du service des urgences et celle du SMUR

Organisation de lignes de garde communes entre structure des urgences et structure mobile d’urgence et de réanimation - Par / 28 juin 2018

Les questions écrites Les modalités de transmission demeurent perfectibles

Accès au foncier agricole pour les jeunes agriculteurs - Par / 28 juin 2018

Les questions écrites CLOUD act

Un recul sans précédent du point de vue des libertés et du droit international - Par / 18 juin 2018

Les questions écrites Les patients craignent un nouveau report

Protocole national de diagnostic et de soins pour la maladie de Lyme - Par / 15 juin 2018

Les questions écrites Une médiation nécessaire

Situation du centre hospitalier du Rouvray en Seine-Maritime - Par / 7 juin 2018

Administration