Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

Un contre-projet crédible, une concertation nécessaire

Prise en charge cardiologique en Saône-et-Loire -

Par / 4 mai 2018

Question écrite n° 04885

M. Pierre Laurent attire l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur l’offre de soins en matière de cardiologie de proximité et interventionnelle en Saône-et-Loire.

En 2016, l’agence régionale de santé jugeait nécessaire la mise en place de nouveaux équipements, avec l’ouverture d’une unité de coronarographie et d’angioplastie pour le service de cardiologie du centre hospitalier de Chalon-sur-Saône. Ces équipements sont importants pour l’ensemble des cardiaques et en particulier pour traiter au plus vite les patients victimes d’un infarctus. Or, le 20 juin 2017, l’agence régionale de santé (ARS) est revenue sur sa recommandation de l’année précédente. Elle a considéré que l’installation de tels équipements n’était plus à l’ordre du jour.

Pourtant le nord de la Saône-et-Loire compte près de 350 000 habitants, qui ne bénéficient pas aujourd’hui des équipements adéquats et qui sont menacés demain d’une dégradation considérable de la prise en charge cardiologique. Dans ses propositions du 5 mars 2018, l’ARS persiste dans sa logique exprimée en 2017.

Face à cet état de fait, le centre hospitalier de Chalon-sur-Saône a élaboré le 6 avril 2018 un projet visant à garantir des soins de qualité au sein de tous les territoires concernés avec un maintien d’une cardiologie de proximité. Ce projet a, en résumé, pour objet de mettre en œuvre un projet médical commun respectueux de tous organisant les stratégies médicales des établissements et des acteurs concernés, de faire intervenir des personnels médicaux et non médicaux sur plusieurs sites et enfin de partager une démarche qualité sur la prise en charge cardiovasculaire dans l’ensemble des établissements au bénéfice de la population.

Cette proposition a été refusée officiellement par le centre hospitalier universitaire (CHU) de Dijon. Le 16 avril 2018, une demande urgente de médiation a été faite au médiateur national auprès du ministère de la santé.

Il serait dans l’intérêt général qu’une concertation avec tous les acteurs concernés s’installe à partir des propositions précises contenues dans le projet du 6 avril 2018. Il lui demande ce qu’elle compte faire en ce sens.

Les dernieres interventions

Les questions écrites Pour une psychiatrie de secteur !

Anticonstitutionnalité des mesures d’isolement et de contention - Par / 30 juin 2020

Les questions écrites Remédier à une situation préoccupante

Perte de revenus d’une grande partie des interprètes et des traducteurs - Par / 25 juin 2020

Les questions écrites Lutte contre le système prostitutionnel

Rapport d’évaluation de la loi du 13 avril 2016 - Par / 24 juin 2020

Les questions écrites Primes covid-19

Inégalités et manque de transparence - Par / 22 juin 2020

Les questions écrites L’Etat doit compenser les pertes de recettes !

Situation financière d’Ile-de-France Mobilités - Par / 17 juin 2020

Les questions écrites Généralisation du taser ?

Dangerosité du pistolet à impulsion électrique - Par / 11 juin 2020

Les questions écrites Plan de soutien à la filière automobile

Question écrite au Ministre de l’économie et des finances - Par / 10 juin 2020

Les questions écrites Soutien de l’État aux associations caritatives

Question écrite au ministre des solidarités et de la santé - Par / 4 juin 2020

Les questions écrites Avenir du groupe Renault et de ses salariés

Question écrite au Ministre de l’économie et des finances - Par / 2 juin 2020

Administration