Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Affaires économiques

Avant d’être débattu et voté en séance publique, chaque projet ou proposition de loi est examiné par l’une des sept commissions permanentes du Sénat : lois, finances, affaires économiques, affaires étrangères et Défense, affaires culturelles, affaires sociales, aménagement du territoire et du développement durable. Classées par commissions, retrouvez ici les interventions générales et les explications de vote des sénateurs CRC.

Lire la suite

Secteur de l’énergie, GDF-Suez : la privatisation de GDF attise une guerre boursière entre affairistes

Par / 24 octobre 2006

Monsieur le Président,

Monsieur le Ministre,

Mes chers collègues,

Cet article 10 organise les conditions de la cession des parts majoritairement détenues par l’Etat dans Gaz de France, dans le prolongement du changement statutaire intervenu après la loi de 2004.

D’ailleurs, comment ne pas relever encore une fois que celui qui mène aujourd’hui la négociation pour la fusion entre Gaz de France et Suez a beaucoup à voir avec celui qui a porté sur les fonts baptismaux la transformation juridique de nos deux opérateurs énergétiques, ceux-ci ayant abandonné le statut d’établissement public à caractère industriel et commercial pour celui de société anonyme ?

Pour des raisons qui tiennent sans doute aux caractéristiques propres au secteur gazier, il nous est donc proposé de procéder à cette disjonction du devenir de nos deux opérateurs énergétiques, et de regrouper sous la bannière de Suez un ensemble au demeurant relativement peu cohérent d’entreprises intervenant dans le domaine énergétique.

Tout sépare en effet Gaz de France de Suez, pour des raisons évidentes de culture d’entreprise tout à fait différentes, mais aussi parce que Suez est un ensemble pour le moins étrange, issu de deux anciennes compagnies financières, nationalisées en 1981, privatisées en 1986, regroupées ensuite avec la Lyonnaise des Eaux et Dumez, deux entreprises ayant un tout autre champ d’activité, avant que de regrouper une bonne partie de leurs forces sur le secteur de l’énergie et des services associés à l’énergie.

Mais ces mouvements boursiers divers et variés, menés sur environ vingt cinq ans ont souvent trouvé, devons nous le rappeler, appui sur des évolutions législatives diverses et sur des mouvements divers affectant le secteur de l’énergie en France comme à l’étranger.

Le positionnement de Suez dans le domaine de l’énergie doit en effet beaucoup d’une part à la déshérence du secteur énergétique belge mais aussi à l’offensive de longue portée menée en France sur les actifs et la production de la Compagnie nationale du Rhône, offensive notamment favorisée àdepuis l’adoption de la loi Pasqua sur l’aménagement du territoire.

La fameuse "rente du Rhône", c’est-à-dire le fait que l’amortissement des coûts de développement du réseau des barrages et centrales hydroélectriques situés sur le grand fleuve soit arrivé à terme et pèse de moins en moins sur les coûts de production énergétique, c’est Suez et Electrabel qui en tirent aujourd’hui les fruits et qui peuvent, ainsi, s’installer comme second fournisseur d’électricité dans le pays !

Cette évolution historique conditionne évidemment la suite de la bataille boursière qui s’est engagée depuis l’annonce des choix stratégiques du Gouvernement et de la fusion GDF - Suez notamment.

De manière assez symptomatique, le cours des actions tant de GDF que de Suez suit en effet depuis cette annonce un parcours symétrique.

La probabilité de la distribution par Gaz de France d’un dividende plus important encore que celui versé au titre de l’exercice 2005 aiguise les appétits, même si le capital de l’énergéticien public demeure largement détenu par l’Etat.

Dans le même temps, la perspective de la fusion, et notamment la réalisation de l’offre publique d’échange de titres Suez contre titres Gaz de France, poussent à la hausse la valeur du titre Suez, la parité de valeur entre les actions de l’un et l’autre groupe étant fondée sur le versement d’une soulte significative aux actionnaires actuels de Suez, qu’il s’agisse des institutionnels comme des stock options de Gérard Mestrallet et des cadres issus de son Groupe.

Peu importe à l’ensemble des spéculateurs de savoir ce que vont devenir, s’ils sont cédés, les salariés des sociétés du pôle environnement de Suez, qui ressemble, comme il convient de le rappeler, au périmètre de l’historique et ancienne "Lyonnaise des Eaux" !

Le but est de récupérer le maximum de liquidités aux dépens de Gaz de France, c’est-à-dire aux dépens de tous les abonnés de la société énergétique nationale, et de jouer des tensions des marchés financiers pour aboutir au résultat requis en termes de rentabilité.

L’Autorité des Marchés Financiers a lancé une enquête sur les divers mouvements observés sur les titres des deux sociétés concernées au premier chef par la fusion, et sur les initiatives prises par des personnes fort intéressées tant par le pôle environnement de Suez ( voyez MM. Pinault ou Proglio ) que par une partie des actifs énergétiques que le groupe s’apprêterait à céder, notamment en Belgique, pour complaire à Mme Kroes, Commissaire européenne.

Ainsi, la fusion Suez - Gaz de France, motivée pour mettre à l’abri Suez d’une OPA hostile de l’italien Enel, risque en définitive de se terminer en partie par le rachat des actifs cédés en Belgique ( les centrales nucléaires d’Electrabel ) par ce même groupe italien, voire par Electricité de France qui en se portant candidat au rachat des mêmes actifs, jouirait d’une position jamais atteinte dans les pays du Bénélux.

Le Parlement peut il délibérer pour donner un vernis de légalité à ce qui s’apparente de plus en plus à une guerre boursière entre affairistes, jouant de l’intérêt national et de la politique énergétique de notre pays comme ils joueraient au poker menteur ?

C’est aussi pour ces motifs que nous ne pouvons accepter cet article 10.

Les dernieres interventions

Affaires économiques Les moyens de contrôle et de sanction manquent

Démarchage téléphonique (deuxième lecture) - Par / 4 juin 2020

Affaires économiques Nous pensons que cette proposition de loi répondra durablement aux besoins des Français

Efficacité des aides personnelles au logement : explication de vote - Par / 4 juin 2020

Affaires économiques Bien des femmes et des hommes doivent choisir, dans notre pays, entre manger et se chauffer

Accès à l’énergie et lutte contre la précarité énergétique - Par / 6 février 2020

Affaires économiques L’accès à l’énergie doit devenir un droit fondamental

Accès à l’énergie et lutte contre la précarité énergétique - Par / 6 février 2020

Affaires économiques Ce texte porte des mesures positives mais manque de vision globale et cohérente

Économie circulaire : conclusions de la commission mixte paritaire - Par / 30 janvier 2020

Affaires économiques La loi EGalim n’a pas répondu à ses objectifs

Activité des entreprises alimentaires françaises - Par / 14 janvier 2020

Affaires économiques Vous ne changez rien, préférant la surconsommation, le capitalisme et la course au profit

Énergie et climat : conclusions de la commission mixte paritaire - Par / 26 septembre 2019

Affaires économiques Nous prônons une véritable politique de maîtrise publique

Exploitation des réseaux radioélectriques mobiles (conclusions de la CMP) - Par / 24 juillet 2019

Affaires économiques Il y a les beaux discours et les actes

Énergie et climat : explication de vote - Par / 18 juillet 2019

Administration