Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

Remboursement de frais d’aide à la personne aux élus

ne percevant pas d’indemnité de fonction -

Par / 20 septembre 2011

Madame Annie David attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration sur le remboursement de frais d’aide à la personne aux élus ne percevant d’indemnité de fonction, conformément aux articles L 2123-1 et L 2123-18-2 du Code Général des Collectivités Territoriales (CGCT) qui précise que « le remboursement se fera sur la base d’un état de frais et que ce remboursement ne peut excéder, par heure, le montant horaire du salaire minimum de croissance ».

Au vu de cet article, les services de la ville concernée ont fixé le montant à rembourser à une conseillère municipale pour ses heures de présence en Conseil municipal et en commissions municipales en simulant une paie calculée sur la base du SMIC dans le cadre d’une garde d’enfants à domicile. Le calcul de la ville prenait donc en compte la part salariale et la part patronale, déduction faite de la prise en charge des cotisations sociales par la Caisse d’allocations familiales (un outil de simulation est disponible sur le site internet (Pajemploi).

Les montants mandatés par la ville en 2010 l’ont été sur cette base, et au vu des copies de bulletins de salaires effectivement réglés par la conseillère municipale à son employée.

En revanche, le mandat correspondant au remboursement des frais du premier trimestre 2011 a fait l’objet d’un rejet par le Trésorier principal, au motif que le montant horaire appliqué ne correspond pas au SMIC horaire brut en vigueur pour 2011.

Le montant mandaté ne correspond pas en effet au strict produit entre le nombre d’heures et le SMIC horaire brut soit 9€, puisqu’il inclut les charges patronales.

Selon l’interprétation de la trésorerie principale, le remboursement doit être forfaitaire, et ne doit pas correspondre à l’équivalent d’une rémunération de gardes d’enfants sur la base du SMIC incluant les charges patronales.

Ce changement de position a conduit à une incompréhension de la part de l’élue concernée qui m’amène à solliciter un éclairage de votre part.

A défaut de jurisprudence disponible, et la ville n’ayant pas de marge de manœuvre pour rédiger autrement une délibération qu’en rappelant strictement les termes du CGCT, elle lui demande de bien vouloir lever toute ambiguïté sur l’interprétation à donner au texte du CGCT.

Les dernieres interventions

Les questions écrites Sanofi privilégie ses profits....

Arrêt de la commercialisation du vaccin anti-rougeole - Par / 13 juillet 2018

Les questions écrites Le médecin urgentiste sera seul pour gérer à la fois la permanence du service des urgences et celle du SMUR

Organisation de lignes de garde communes entre structure des urgences et structure mobile d’urgence et de réanimation - Par / 28 juin 2018

Les questions écrites Les modalités de transmission demeurent perfectibles

Accès au foncier agricole pour les jeunes agriculteurs - Par / 28 juin 2018

Les questions écrites CLOUD act

Un recul sans précédent du point de vue des libertés et du droit international - Par / 18 juin 2018

Les questions écrites Les patients craignent un nouveau report

Protocole national de diagnostic et de soins pour la maladie de Lyme - Par / 15 juin 2018

Les questions écrites Une médiation nécessaire

Situation du centre hospitalier du Rouvray en Seine-Maritime - Par / 30 mai 2018

Administration